COVID-19 : Conseils pour la reprise de l’activité en Pelvi-Périnéologie

Nous venons de recevoir les recommandations régionales de l’ARS Ile-de-France sur la reprise de l’activité des masseurs-kinésithérapeutes en période de déconfinement. Ce texte est annoté par le CROMK. Il ne comporte aucune mention sur la reprise des soins en pelvi-périnéologie.

L’AFRePP a estimé nécessaire de faire le point sur les mesures d’hygiène à pratiquer lors de cette rééducation. L’objectif est de protéger le patient comme le soignant.

 

Le Covid-19 : données biologiques (Société Française de Microbiologie) 

La virurie est inexistante dans les urines (la virurie est la présence anormale de virus dans l’urine) , selon la Société Française de microbiologie.

En revanche la présence d’ARN viral dans les selles est avérée indépendamment de la symptomatologie et de la sévérité de l’atteinte Covid.  En effet, il est possible de retrouver de l’ARN viral dans les selles chez des patients sans symptômes gastro-intestinaux. La contagiosité de l’ARN viral dans les selles est actuellement en discussion.

Il nous semble nécessaire de redoubler de précautions, la sphère anale et la sphère génitale étant contigües.

 

Dans l’état actuel des connaissances, les Equipements pour la Protection Individuelle (EPI) requis pour le Masseur-Kinésithérapeute sont : tenue quotidienne adaptée à l’exercice professionnel lavable 30mn à 60°/ chaussures dédiées pour le cabinet / masque chirurgical pour le soignant / masque pour le patient.

Il nous paraît opportun de reporter les séances de rééducation pelvi périnéale pour les patients atteints du covid-19 avéré.

 

Pour le travail endocavitaire périnéal :

Autre que le port de gants, lié à notre pratique habituelle, selon les recommandations du CCLIN et de l’ HAS (favoriser les gants en nitrile, assurant une meilleure protection), il est conseillé d’y ajouter :

- visière ou surlunettes

- le port de la charlotte est en discussion pour la rééducation ano-rectale

- il est conseillé de s’attacher les cheveux

- la surblouse ou tablier à usage unique, jetable ou lavable  dès lors que soignant est exposé à la projection de fluides et/ou sécrétions biologiques. Ceci fait référence aux recommandations de l’HAS sur l’hygiène dans les cabinets médicaux et paramédicaux, dans le cadre de la protection du risque infectieux.

 

Pour l’utilisation du matériel de rééducation :

  • lavage fréquent des mains (eau et savon ou gel hydro alcoolique)
  • utilisation du gel hydro alcoolique après chaque contact avec le (la) patient(e) avant de toucher le matériel (clavier d’ordinateur et autres)
  • nettoyage des surfaces exposées après chaque passage d’un(e) patient(e) : clavier de l’ordinateur, connectiques (pod ou autres)
  • nettoyage du lit d’examen

 

Les éléments de réflexion que nous vous donnons aujourd’hui seront réactualisés avec l’avancée des travaux scientifiques. En particulier, pour l’usage des sondes de rééducation, nous attendons le retour des hygiénistes.

Dans le cadre de ce travail, nous avons réalisé une revue bibliographique et la synthèse des recommandations des sociétés savantes en pelvi-périnéologie.

 

L’équipe de l’AFRePP

 

Nos références :

 

- Cliquer ici pour Télécharger le document -

 


FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedin

Se connecter