Incontinence urinaire féminine

 

La vessie se remplit, en permanence, au cours de la journée et de la nuit d'urine produite par les reins. La vessie est constituée d'un muscle : le muscle vésical. La contraction de ce muscle va permettre l'évacuation de l'urine appelée miction. Sous la vessie, il y a un sphincter urinaire (muscle circulaire) qui agit comme un robinet. Quand la vessie est pleine, le besoin d'uriner est ressenti, le cerveau donne l'ordre au sphincter de se relâcher, il s'ouvre pour laisser passer l'urine, la vessie se contracte alors. L'urine est évacuée par l'urètre vers le méat urinaire situé dans la vulve.

Le fonctionnement du sphincter est facilité par le tonus des muscles pelviens appelés périnée. Quand il y a une faiblesse de ces muscles et du sphincter urinaire, la retenue de l'urine ne peut plus se faire correctement. L'incontinence urinaire est un écoulement involontaire, non contrôlable, des urines survenant entre deux mictions. Elle touche plus particulièrement les femmes âgées mais les plus jeunes ne sont pas épargnées.

Une femme sur trois serait concernée par des problèmes d'incontinence urinaire. Au-delà de la gêne occasionnée, le fait de souffrir de fuites urinaires peut constituer un véritable handicap, avec des conséquences sur la qualité de vie et sur l'autonomie des personnes. Plus de trois millions de françaises sont donc concernées par un problème d’incontinence urinaire . L'incontinence urinaire a des retombées sociales évidentes et reste encore taboue. Pourtant des solutions efficaces existent. Il est donc impératif d'en parler à son médecin.

 Il existe plusieurs types d'incontinence urinaire selon le mécanisme de survenue :

Les différents facteurs favorisant l'incontinence urinaire sont :

Mais aussi: