Se connecter

Annuaire des membres du réseau

Trouvez un spécialiste de la rééducation du périnée près de chez vous en consultant l'annuaire des membres de l'ARREP.

Cherchez dans l'annuaire

Constipation distale ou dyschésie et rééducation ano-rectale

 

La dyschésie est une difficulté d’exonération des selles. Ce trouble de la vidange rectale est aussi appelé constipation terminale ou distale par opposition à la constipation de transit liée à un trouble de la progression colique. C’est la dyschésie ou constipation distale qui relève de la rééducation ano-rectale.

La difficulté d’exonération se caractérise par des signes variables selon les personnes : efforts expulsifs importants en durée et en intensité, manœuvres digitales intra cavitaires ou péri anales, évacuation incomplète, évacuation en plusieurs fois, sensation de rectum plein, perte de la sensation de besoin, difficultés d’essuyage.

La dyschésie est souvent associée à un trouble de la statique pelvienne : rectocèle, prolapsus rectal ou anal. Elle est parfois responsable d’incontinence anale, par les efforts de poussée répétés et prolongés responsables de neuropathie d’étirement.

La dyschésie n’est donc pas un symptôme isolé. Elle est fréquemment associée à d’autres pathologies pelvi-périnéales qu’elle complique et qu’elle peut aggraver : incontinences anales, douleurs anales, rectales ou pelviennes, incontinences urinaires, dysuries, syndrome de l’ulcère solitaire du rectum, prolapsus rectal, rectocèle, périnée descendant ou descendu.

Différents mécanismes peuvent être responsables de dyschésie :

  • Relaxation sphinctérienne impossible ou insuffisante : les muscles qui entourent le canal anal ne se relâchent pas lors de l’effort d’évacuation. Soit ils sont contractés en permanence, c’est l’hypertonie, soit ils se contractent au lieu de se relâcher, c’est l’asynchronisme ou anisme. Cette cause de dyschésie se retrouve souvent dans un contexte de stress, de traumatisme ou d’abus sexuel.
  • Manque de tonus des muscles du plancher pelvien : les efforts de poussée effondrent l’ensemble du périnée sans vider le rectum.
  • Troubles de la statique rectale : la paroi interne du rectum descend dans le canal anal (prolapsus rectal) ou fait saillie dans le vagin (rectocèle) lors de la poussée et perturbent la vidange rectale.
  • Trouble de la sensibilité rectale : le rectum perd sa sensibilité et sa contractilité.

La rééducation des dyschésies est basée sur les résultats d’un bilan soigneux et précis permettant d’identifier le ou les mécanismes responsables.

La rééducation ano-rectale aborde une partie du corps difficile à exposer pour le sujet et vise des symptômes souvent anciens et tabous. Le kinésithérapeute s’attache à respecter la pudeur de chaque sujet et sollicite le consentement éclairé pour chaque geste. Les règles d’hygiène sont mises en œuvre soigneusement pour l’examen et les techniques de rééducation.

Le traitement de la dyschésie nécessite une bonne participation du sujet. Il associe classiquement :

  • un traitement médical,
  • un traitement comportemental  réalisant une véritable éducation du patient,
  • une rééducation périnéale, manuelle et par bio-feed-back, à la recherche d’un bon comportement rectal, anal, et de leur bonne coordination (recto-anale et ano-rectale),
  • une rééducation globale : massage abdominal et auto-massage, relaxation, exercices respiratoires, revalorisation de la compétence abdominale, réveil postural.

Le bio-feed-back par sondes à ballonnets est particulièrement adapté à la rééducation des dyschésies : le même outil permet de réaliser un examen complet du canal anal et du rectum, de les rééduquer et de rééduquer leur coordination, dans des conditions proches de la physiologie.

La rééducation ano-rectale des dyschésie est délivrée par des kinésithérapeutes ayant acquis une formation spécifique théorique et pratique (comme celle délivrée par l’INK) et équipés d’un matériel adapté.